Double port franco allemand 1870-1872

Au 28 janvier 1871, jour de l'armistice signé entre Otto von Bismark pour les états allemands et Jules Favre pour la France, les armées allemandes occupaient 30 départements français en tout ou partie.

Double port franco-allemand 1870-1872
Double port franco-allemand 1870-1872

Lettre postée le 8 février 1871 à CAMBRAI (zone libre) pour ST QUENTIN (zone occupée). Les postiers à ST QUENTIN ont apposé une taxe à 2 décimes.

Extrait du Bulletin Mensuel n° 27 de septembre 1870.

L'Armistice est signé le 28 janvier 1871. L'article 15 de cette convention prévoyait que : "Un service postal pour des lettres non cachetées sera organisé entre Paris et les départements par l'intermédiaire du quartier général de Versailles".

Concernant cet article, une convention entre Germain Rampont (Directeur général des postes) et Joseph Rosshirt (Administrateur des postes dans les territoires occupés) stipulait dans son article premier que : "Les lettres simples de Paris pour le territoire français occupé par les troupes allemandes, et. vice versa, supporteront une taxe de 40 centimes. Chacune des parties contractantes percevra 20 centimes, de façon à ce qu'il ne soit établi aucun décompte pour l'échange de ces lettres. Pour les lettres dont le poids dépassera 10 g, la taxe sera établie d'après la progression française des lettres affranchies. Les lettres dont il s'agit seront livrées à l'Office allemand, à Versailles, triées par département".

En plus des timbres français couvrant le port français et pour peu qu'il puisse s'en procurer, le public avait la possibilité d'affranchir totalement les lettres avec des timbres d'occupation couvrant le port allemand. Parallèlement à cette convention, la taxe sur les lettres circulant entre zones occupée et libre (hors Paris) à percevoir sur les destinataires restait fixée à 30 centimes (ordre de service du 28 janvier 1871).

Le 27 février 1871, le Moniteur universel publiait un avis au public daté du 25 annonçant le rétablissement du trafic postal entre départements occupés et non occupés. La taxation des lettres étant identique à celle des lettres de Paris et les départements occupés publiée presque un mois plus tôt : "Les lettres des départements occupés pour les départements non occupés, et vice versa, supporteront une surtaxe de 20 centimes par lettre simple, qui devra toujours être payée par le destinataire".

Le 10 mars 1871, une convention postale (valable dès le 24 mars) entre Rampon et von Stephan permettant à l'Administration des postes française de reprendre en main le service postal dans les départements occupés. Le port mixte cessait donc d'exister dans ces départements, mais continuait dans les relations postales avec les territoires "cédés" de l'Alsace et de la Lorraine.

Le 23 mars, le Directeur général des postes de STRASBOURG, Albert Miessner, publiait l'avis 167 imposant en Alsace-Lorraine une taxe à 30 c payable par les destinataires sur toutes les correspondances provenant de France.

Extrait de l'avis n° 167 publié dans les Verordnungen und Amtliche Nachrichten für Elsass-Lothringen.

Double port franco-allemand 1870-1872
Double port franco-allemand 1870-1872

Le 24 juillet, le Directeur Miessner faisait paraître un nouvel avis annonçant qu'à partir du 1ᵉʳ août, la taxe réclamée aux destinataires des lettres provenant de France allait passer à 20 centimes.

Avis n° 261 publié dans les Verordnungen und Amtliche Nachrichten für Elsass-Lothringen.

Double port franco-allemand 1870-1872
Double port franco-allemand 1870-1872

Depuis octobre 1870, l'Administration des postes la Confédération de l'Allemagne du Nord (Norddeutsche Postverwaltung) faisait reposer la gestion de l'activité postale dans les territoires occupés sur 3 entités :

- la Direction générale des postes pour l'Alsace (Oberpostdirektion für Elsass) dont le siège était à STRASBOURG depuis le 4 octobre ;

- la Direction générale des postes pour la Lorraine (Oberpostdirektion für deutsch Lothringen), d'abord à NANCY dès le 6 octobre, puis à METZ dès le 31 octobre 1870 ;

- l'Administration des postes pour les territoires occupés (Administration der Posten in den besetzten französischen Gebieten) d'abord à NANCY le 24 août 1870, ensuite à REIMS dès le 6 octobre 1870.

La raison pour laquelle ces 3 administrations ont été mises en place, c'est que dès le départ, les allemands avaient la volonté d'annexer l'Alsace et la Lorraine et donc d'y installer une administration durable. La circulaire n° 73 du 13 octobre 1870 du journal officiel des postes de la Confédération de l'Allemagne du Nord reprend une ordonnance de Guillaume 1ᵉʳ datant du 12 septembre :"En réponse à votre rapport du 12 de ce mois, j'autorise que le système postal dans la zone du Gouvernement Général d'Alsace et de Lorraine allemande soit immédiatement et définitivement organisé par l'Administration des postes de la Confédération de l'Allemagne du Nord, et qu'à cet effet deux directions générales des postes soient créées, ainsi que l'administration provisoire des postes dans les autres territoires français occupés sur la base des institutions existantes".

De plus, le 6 septembre (circulaire n° 64), l'Administration des postes de la Confédération de l'Allemagne du Nord annonçait l'émission de timbres d'occupation avec valeur en centimes (improprement appelés timbres d'Alsace-Lorraine par les collectionneurs). Ces timbres étaient déjà imprimés depuis début août.

Au 24 mars 1871, le service postal repassait sous administration française dans tous les départements sauf ceux du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle, une partie du département des Vosges et de la Meurthe qui était annexée par l'Allemagne (annexion entérinée par le traité de Francfort signé le 10 mai 1871).

Pendant toute la durée de la guerre les relations postales entre belligérants ont été maintenues, ce qui peut surprendre à notre époque. Ces relations ne se faisaient plus directement, mais restaient possibles par la voie des pays qui n'avaient pas pris part au conflit, comme la Suisse, la Belgique et la Grande-Bretagne, par exemple.

Néanmoins, force est de constater qu'entre le début de la guerre et l'armistice, le flux de courrier circulant entre la zone libre et la zone occupée a été très faible. En effet, le courrier d'affaires s'était pratiquement arrêté faute d'échanges commerciaux possibles entre les 2 zones et il ne restait que le courrier personnel.

Double port franco-allemand 1870-1872
Double port franco-allemand 1870-1872
Double port franco-allemand 1870-1872
Double port franco-allemand 1870-1872
Double port franco-allemand 1870-1872